Partagez
Aller en bas
avatar
Joséfine
Admin
Messages : 240
Date d'inscription : 14/08/2017
Age : 54
Localisation : Occitanie
http://lacavernedupiaf.forumactif.com

Découvrir et conquérir le maître Hasard !

le Jeu 31 Aoû - 15:17
Ni Dieu ni maître ? Soumettez vous au hasard ! Ses facéties vous réjouiront ! Very Happy Very Happy


_________________
« Ouaich ! »
avatar
Joséfine
Admin
Messages : 240
Date d'inscription : 14/08/2017
Age : 54
Localisation : Occitanie
http://lacavernedupiaf.forumactif.com

Re: Nicolas Gauvrit

le Ven 1 Sep - 19:37

_________________
« Ouaich ! »
avatar
Joséfine
Admin
Messages : 240
Date d'inscription : 14/08/2017
Age : 54
Localisation : Occitanie
http://lacavernedupiaf.forumactif.com

Désenfumages divers

le Mer 6 Sep - 10:30

_________________
« Ouaich ! »
avatar
Joséfine
Admin
Messages : 240
Date d'inscription : 14/08/2017
Age : 54
Localisation : Occitanie
http://lacavernedupiaf.forumactif.com

Nicolas Gauvrit

le Ven 8 Sep - 12:22



L'expérience que j'ai avec la psychanalyse m'a permis de la regarder un peu différemment que ce que peut le faire Nicolas Gauvrit. Mais c'est en l'écoutant que j'arrive parfois à penser comment résoudre ce conflit que je trouve absurde entre psychanalystes et cognitivistes. J'ai fréquenté des médecins psychiatres psychanalystes mais ils étaient très différents des caricatures faites que j'entends ou lis à droite ou à gauche. Peut-être que les choses ont changé en 20 ans mais ces médecins étaient médecins psychiatres avant d'être psychanalystes aussi je ne crois pas qu'ils causaient autant de dégats que ceux dont on accuse les psychanalystes.
J'ai vu grandir en France dans mon entourage proche une enfant autiste agée aujourd'hui de 21 ans. Et son évolution est remarquable. Elle serait née 30 ans plus tôt, elle serait probablement internée depuis longtemps. Je suis lasse de toutes ces exagérations qui ne finissent que par obscurcir un tableau et camoufle tout progrès. Quand mon expérience ne colle pas avec le tableau sociétal qui est fait, il m'est difficile de trouver une attitude et des mots qui me paraissent justes mais il me semble que la recherche médicale a pendant longtemps fait feu de tout bois pour essayer de comprendre et trouver des solutions pour soigner voire guérir. La démarche scientifique est venue "nettoyer" la recherche médicale des miasmes idéologiques douteux dont elle se nourrissait parfois [cf l'origine étymologique de la névrose hystérique !]. C'est grâce à la nouvelle rigueur imposée par la démarche scientifique qu'on a pu voir autant de progrès médicaux au XXe siècle. Mais cessons de faire la guerre et trions les lentilles intelligemment. Aucun physicien aujourd'hui ne viendrait avec hargne détruire l'idée de l'atome qu'avait Platon.  L'inconscient freudien est aux neuro-sciences ce que l'atome de Platon est à la physique d'aujourd'hui : un germe d'idée dont ils ne savaient pas quel arbre il allait donner. Le livre de Lionel Naccache, en sous-titrant, le Christophe Colomb de l'inconscient, en fait une belle démonstration. Ou encore le livre témoignage de Eric Kandel qui a grandi dans le "monde de la psychanalyse" et qui est devenu prix Nobel de physiologie pour ses travaux concernant la mémoire.

Mais je fais partie aussi de ceux qui pensent que la diffusion de l'information scientifique a pour fonction d'influer sur des changements sociétaux comme tenter de légiférer à bon escient sur les formations reconnues notamment pour les professionnels de santé puisque ce fut mon domaine pendant qqs années. L'effet placebo est partout mais ce n'est pas une raison pour coller "thérapeute" à toute forme d'activité humaine. Il existe bel et bien des thérapies qui sans être non plus des panacées, sont plus efficaces que lui. Ce sont celles là qu'il faut promouvoir et porter dans le champ du soin et laisser aux activités créatives ou artistiques ou sportives ou intellectuelles ou spirituelles le statut d'activités nécessaires à un équilibre vital sans en faire un acte de soin.
Le chemin perso que j'ai fait avec la psychanalyse a été un chemin correspondant pour moi à une nécessité introspective qui m'a toujours habitée, un désir de comprendre comment fonctionnait l'esprit humain en passant par le mien en interaction avec un autre. Eh oui, j'en ai tiré un bénéfice et une incessante curiosité pour les affres de l'âme  clown  .
Si j'étais partie vers une voie littéraire, peut-être cela aurait été la philo ou la poésie ou encore j'aurais pu explorer l'âme par l'adhésion à une croyance religieuse.

_________________
« Ouaich ! »
Contenu sponsorisé

Re: Nicolas Gauvrit

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum